En airsoft, il n’est pas possible d’utiliser des répliques d’une puissance supérieure à 2 joules. La puissance correspond à l’énergie cinétique de la balle. La vitesse de tir est exprimée en fps (feet per second). Chaque club fixe ses propres limites. Mais en général, il s’agit souvent des mêmes : 310 fps pour une réplique de poing, 350 fps pour une réplique AEG ou GBB, 380 fps pour un fusil à pompe et 450 fps pour un sniper.

Quelle concordance entre joule et fps ?

Pour une bille de 6mm (soit 20 grammes), les moyennes suivantes permettent d’avoir une idée de la concordance entre puissance des répliques et vitesse de tir :

  • 250 fps = 0,58 joules (portée de tir d’environ 33 mètres) ;
  • 300 fps = 0,84 joules (portée de tir d’environ 39 mètres) ;
  • 350 fps = 1,14 joules (porté de tir d’environ 43 mètres) ;
  • 400 fps = 1,49 joules (portée de tir d’environ 49 mètres) ;
  • 450 fps = 1,88 joules (portée de tir d’environ 54 mètres).

Il s’agit d’un barème adopté par la majorité des clubs. Il permet de se caler sur les puissances de tir des armes réelles.

Le poids de la bille influe-t-il sur la puissance de tir ?

On ne peut pas dire que le poids de la bille va jouer sur la puissance de tir. Une bille plus légère aura une vitesse de sortie plus rapide mais une trajectoire moins stable qu’une bille plus lourde.

Pourquoi une limite à 2 joules ?

Il s’agit d’une limite légale. Au-delà, la réplique sera considérée comme une arme de catégorie D dont la vente et l’utilisation sont réglementées.

LAISSER UN COMMENTAIRE